Mobilité réduite & arthrose

Mobilité réduite ?

Longtemps si enclin à jouer et à bouger dès que l’occasion se présentait, votre ami à quatre pattes semble éprouver de plus en plus de difficultés à réaliser ses activités quotidiennes. Votre chien ne vient plus vous accueillir ? Votre chat ne saute plus sur la table et les comptoirs ? Vous vous dites qu’il devient plus sage, qu’il vieillit. Mais il y a peut-être une raison purement physique au ralentissement de ses activités : l’arthrose.

L’arthrose est une maladie chronique et dégénérative des articulations. Si votre compagnon en est atteint, ses mouvements deviennent de plus en plus difficiles et douloureux. Il faut savoir que l’arthrose ne touche pas que les chiens ou les chats dont l’âge est avancé. Des jeunes peuvent aussi en être la cible.

Si votre médecin vétérinaire diagnostique l’arthrose, il vous dira qu’il n’existe pas, aujourd’hui, de remède pour la faire disparaître. Toutefois, il pourra vous fournir des moyens de réduire l’inconfort de votre compagnon et d’améliorer sa mobilité en plus de diminuer la douleur. Il est évidemment préférable d’agir rapidement, dès les premiers signes, afin qu’il ait une meilleure qualité de vie. Quels signes ? En voici quelques-uns :

  • il dort et se repose plus souvent ;
  • il choisit des lieux inhabituels pour se coucher (mous et chauds, ou durs et froids) ;
  • il a du mal à se redresser rapidement lorsqu’il est couché, et il semble boiter (lorsqu’il se lève ou à plusieurs reprises) ;
  • il perd l’appétit et, conséquemment, du poids ;
  • il a des articulations gonflées et chaudes au toucher, et il lui arrive de lécher ou de mordiller une articulation ;
  • il n’aime plus se faire toucher.

S’il s’agit bel et bien d’arthrose, votre médecin vétérinaire proposera un traitement dont l’objectif sera de ralentir la progression et de soulager la douleur de manière efficace. Ce traitement comprend trois éléments principaux : le contrôle du poids, les exercices et l’administration de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (ou autre analgésiques). Il pourrait aussi vous suggérer des traitements complémentaires tels que la physiothérapie, les massages, l’acupuncture et la prise d’aliments fonctionnels (nutriceutiques) tels que la glucosamine et la chondroïtine. La nutrition de votre animal sera aussi primordiale, on pourra vous proposer de la nourriture contenant des produits naturels qui ralentissent l’évolution de la maladie.

N’hésitez pas à consulter votre vétérinaire de famille afin qu’il pose le bon diagnostic et vous donne les conseils adaptés à la situation particulière de votre compagnon. 

Cliniques les plus proches offrant ce service

Cliquez ici pour permettre la géolocalisation

Quel âge aurait votre animal s'il était un humain?