Agressivité

Pas de chicane ! Comprendre l'agressivité entre chats du même foyer

Mon chat est agressif envers mon autre chat, que dois-je faire ? Comment empêcher mon chat d’attaquer mon autre chat ? La cohabitation avec deux félins (ou plus) peut occasionnellement créer des conflits à la maison. Cette agressivité entre chats est courante, parfois subtile, et se présente généralement sous deux formes : l’agression passive ou active. 

Exemples d’agressions entre chats

L’agression entre chats, à quoi ça peut ressembler? Voici quelques situations subtiles qui témoignent d’agressions dites passives :

  • Si on remarque qu’un chat (agresseur) bloque l’accès à des ressources tels que les bols de nourriture, les litières, le sofa le plus confortable de la maisonnée, etc.
  • Si un chat (agresseur) en fixe un autre (victime). Se regarder c’est une chose, se fixer en est une autre. Cela peut paraître anodin, mais c’est très menaçant et intimidant de se faire fixer sans cesse.
  • Un de nos chats (victime) semble faire des détours pour ne pas passer près d’un autre chat (agresseur). C’est un bon signe qu’au moins un des deux n’est pas confortable avec la proximité de l’autre.
  • Un chat (victime) se tient en retrait et s’isole des autres chats de la maisonnée. C’est en effet une stratégie que les chats victimes pourraient employer afin de ne pas côtoyer leur agresseur.

Bien que les chats soient les rois de la subtilité, certaines démonstrations d’agressivité sont facilement reconnaissables et éloquentes, on parle alors d’agressions actives.

  • Un chat (agresseur) en pourchasse un autre (victime) : on pourrait croire que les chats jouent, mais étonnamment c’est toujours le même qui est la tag! Dans un bon jeu, on voit généralement une alternance des rôles… De plus c’est une bonne idée de s’assurer qu’on ne remarque pas de signes de stress chez le chat pourchassé.
  • Parfois, on peut assister à une bagarre entre les chats ou en retrouver des signes par la suite. Ces bagarres peuvent avoir provoqué ou non des morsures et blessures, mais elles ne demeurent pas moins stressantes pour les chats impliqués.

Le degré de sévérité de l’agression

Lorsque des escarmouches occasionnelles sans blessures et changements de comportement sont présents, il est probablement question d’agression légère. Le degré d’intervention nécessaire est alors souvent minime. Il est normal pour un chat (comme pour un humain) d’avoir des différends avec ses colocataires !

Toutefois, lorsque les batailles sont fréquentes ou que la victime n’arrive pas à vaquer à ses occupations parce qu’elle doit constamment se préoccuper d’où est l’agresseur au cas où il déciderait de faire une attaque surprise, de l’agression modérée est probablement en cause.

Dans les cas d’agressions sévères, des conséquences physiques ou psychologiques sont présentes. Des blessures graves peuvent en résulter et la qualité de vie des chats impliqués est grandement affectée.

Comment aider ses chats ?

Afin de réduire le risque d’agression entre chats partageant un même foyer, il est préférable de leur offrir un environnement d’abondance. Cela signifie que les ressources sont présentes en quantité suffisante et sont bien dispersées dans l’environnement pour que chaque chat puisse faire ce qu’il lui plait sans devoir en croiser un autre. Il est donc important de multiplier les bacs à litière, stations d’abreuvement et d’alimentation, les endroits pour se reposer, faire ses griffes et rendre disponibles plusieurs jouets.  Pour y arriver, il est bon de se rappeler que les chats aiment souvent évoluer en hauteur.  Un petit truc avec les tablettes comme endroit de repos : les choisir d’une dimension qui permet à un seul chat à la fois de s’y placer.  De cette manière, une fois qu’elle est prise, son occupant a moins de chance de se faire déloger!

Dans les cas d’agression modérée à sévère, une consultation vétérinaire est de mise. Un plan d’action sur mesure pour l’agression en question devra être élaboré.  Il est parfois nécessaire de séparer les chats pendant un certain temps et les réintroduire graduellement. De la médication pourrait être prescrite pour l’agresseur et/ou la victime pour briser le cycle de violence et d’anxiété.

Conclusion

Si vous observez régulièrement des conflits entre vos chats et que vous ne savez pas comment réagir, sachez que votre équipe vétérinaire est disponible pour répondre à vos questions et vous donner des conseils. Vous saurez anticiper ces sources conflictuelles en adoptant les bons gestes avec vos chats !

Vous avez d’autres questions?

N’hésitez pas à communiquer avec l’établissement vétérinaire Passionimo le plus près de chez vous.

Prendre rendez-vous

avec un établissement vétérinaire